Présentation du Syndicat Intercommunal du Bassin Versant de l'Yères et de la Côte (SIBVYC)

Qu'est-ce qu'un Syndicat de bassin versant ?

Création des syndicats de bassin versant en Seine-Maritime :
1999 : Arrêté préfectoral pour la création des Syndicats de bassin versant, suite à d'importantes inondations dans le département, dans le but d'instaurer une meilleure gestion de la ressource en eau et limiter les risques d'inondations 13 novembre 2000 : Création du Syndicat Intercommunal du Bassin Versant de l'Yères et de la Côte. Par arrêté préfectoral du 1er septembre 2011, le Syndicat Intercommunal devient Syndicat Mixte du Bassin Versant de l'Yères et de la Côte. Le 31 décembre 2016, suite à la disparition de la Communauté de Communes Yères et Plateaux, le Syndicat redevient Intercommunal et les onze communes de la CCYP sont réintégrées dans le périmètre du Bassin Versant de l'Yères.

 

« Les syndicats de bassins versants sont des structures  qui suivent les lignes de crêtes, afin de pouvoir gérer de façon cohérente, de l'amont vers l'aval, les problèmes d'inondations et de coulées boueuses. Leur compétence peut se limiter à la phase « étude hydraulique » si les communes ou les communautés de communes ont conservé les travaux d'aménagement sous leur responsabilité. Mais dans la plupart des cas, il incombe également aux syndicats de bassin versant de réaliser et d'entretenir les aménagements de lutte contre les inondations, pour la protection des biens et des personnes.

Les syndicats de bassin versant agissent généralement sur 5 volets :

  • Le volet agricole : limiter la production de ruissellement à la source ;
  • Le volet urbain : empêcher les constructions dans les zones à risque et inciter les communes et les lotisseurs à gérer leurs eaux pluviales ;
  • Le volet hydraulique : créer ou faire créer par les communes des aménagements comme des bassins de rétention ou des prairies inondables, pour gérer les ruissellements inévitables lors de fortes pluies ;
  • Le volet zones humides Natura 2000: préserver les milieux humides et amener à y effectuer une gestion adaptée.
  • Le volet communication / éducation : faire prendre conscience du risque et préserver les ressources naturelles (sol et eau).

Tous ces volets sont gérés de façon cohérente de l'amont à l'aval du bassin versant. Malgré tous les efforts d'aménagement mis en oeuvre, le risque zéro n'existe pas : des pluies d'intensité extrêmement forte pourront toujours avoir des conséquences dévastatrices. La politique des syndicats de bassins versants est de protéger les biens et les personnes pour des pluies de fréquences décennales et parfois centennales. »

Source : Chambre d'Agriculture de Seine-Maritime