Volet zones humides

Volet Rivière et Zones humides

Le site Natura 2000

L'Yères est une rivière côtière alcaline de Seine Maritime choisie comme site Natura 2000 (FR2300137) compte tenu de la qualité de ses eaux, de sa situation géographique et des successions de différents types de milieux, au regard de la Directive Habitats (D.H.), qui en font une rivière rare à l'échelon européen.

Le linéaire global concerné par le site est de cinquante-six kilomètres, soit 446 hectares dont 133 hectares d'habitats éligibles (70 hectares d'estuaire). Il comprend le lit mineur, les berges et le chevelu permanent. Il fait l'objet d'un Documents d'Objectifs (DOCOB) validé en Comité de Pilotage le 27 novembre 2003. Le site Natura 2000 est en cours d'extension après consultation des 14 communes concernées afin de prendre en compte les zones humides du lit majeur dans le fonctionnement des habitats humides et du cours d'eau.

L'Yères a été retenue comme site d'intérêt communautaire grâce à la présence potentielle de quatre espèces de poissons dans le cours d'eau : le chabot, la lamproie de rivière, la lamproie de planer, et le saumon atlantique qui n'est malheureusement pas présent actuellement. De plus, l'identification de nombreuses zones humides sur le lit majeur de l'Yères et la présence d'espèces végétales remarquables ont confirmé l'intérêt patrimonial du site.

Le premier enjeu identifié dans le DOCOB pour l'amélioration de la qualité de l'eau de ce site est la maîtrise de l'érosion et des ruissellements. Environ un tiers des bassins versants unitaires ont en effet été identifiés comme faisant l'objet d'un risque d'érosion global fort et récurrent, mais à ce jour aucun historique de l'évolution du taux de Matières en Suspension (MES) en continu n'existe sur l'Yères.

Le second enjeu prioritaire de ce site est la préservation des zones humides grâce à une gestion adaptée des prairies, notamment extensive, ou encore la restauration des bas marais.

Protection des berges

D'après un programme pluriannuel d'entretien, l'ASPRY réalise trois types d'aménagements de protection des berges de l'Yères, pour lutter contre l'érosion, générée par le piétinement bovin :

  • La pose de clôtures à 1,50 m du lit mineur le long des berges permet à la ripisylve de se reconstituer. Les racines des arbres et arbustes qui la composent ont une action très efficace contre l'érosion des berges. De plus, elles constituent la plupart du temps de bons abris pour les alevins de poissons. Plus la ripisylve se développe naturellement, et de façon équilibrée sur chaque rive, plus elle sera efficace dans son rôle de protection des berges. Parmi les espèces colonisatrices de ce type d'habitat, on trouve :
    • dans la strate la plus haute : l'aulne glutineux, différentes espèces de saules, le frêne, l'érable sycomore ;
    • dans la sous strate arbustive : le sureau, l'aubépine, le cornouiller, le fusain d'Europe.
  • L'aménagement d'abreuvoirs et de passages à gué (constitués de deux abreuvoirs installés face à face), tout en préservant la qualité des berges et du cours d'eau, permet de conserver sur les pâtures un accès des animaux à la rivière sans dégradation. Les travaux consistent à stabiliser le sol à l'aide de « tout venant » au niveau des aménagements, sans risque de pollution de l'eau. Des barrières et pieux en bois sont ensuite fixés pour délimiter la zone d'abreuvement, et éviter la divagation du troupeau, qui mettrait alors en danger le développement de la ripisylve.

Erosion des berges (piétinement bovin)

Passage à gué Villy

Abreuvoir

Depuis 2004, avec l'accord des riverains, l'ASPRY a mis en place 45 abreuvoirs et posé 12,5 kilomètres de clôtures.

Inventaire des zones humides du lit majeur de l'Yères

Un inventaire sur l'ensemble du lit majeur de l'Yères a permis de réaliser en 2011 une cartographie exhaustive des zones humides et de les classer selon leur état actuel de conservation.

Différents types de zones humides sont présents sur le lit majeur de l'Yères. Ainsi, on peut rencontrer :

  • des Forêts alluviales composées d'Aulnes et de Frênes, parfois plantées de Peupliers,
  • des Mégaphorbiaies, milieux naturels composés de plantes herbacées hautes, telles que la Reine des prés, ou l'Aconit pyramidal (espèce protégée en Haute-Normandie),
  • des Prairies oligotrophes humides, pâturées ou fauchées,
  • l'Estuaire de l'Yères, marqué par l'influence des marées. On y trouve une douzaine d'espèces patrimoniales, comme le Butome en ombelles, adaptées à la présence d'eau saumâtre (mélange d'eau douce et salée).                                                                                              

  • Parcelles agricoles

    Le SMBVYC propose depuis 2008 des Mesures Agro-Environnementales Territorialisées (MAET) « Natura 2000 » pour assurer de façon prioritaire la préservation des zones encore fonctionnelles, en tenant compte de leurs caractéristiques. Dans un second temps, les parcelles cultivées situées en bord de l'Yères feront l'objet de préconisations de gestion, en adéquation avec le fonctionnement hydraulique des zones adjacentes et du cortège floristique et faunistique s'y abritant.

  • Boisements humides

    Le SMBVYC, en partenariat avec la DREAL et le CRPF, propose aux propriétaires, depuis 2009, de signer des Contrats Natura 2000 sur leurs parcelles situées en zone humide. Ces contrats représentent un engagement de cinq ans à respecter un cahier des charges précis. Le contrat définit les mesures de gestion et d'entretien de la zone et permet au propriétaire de bénéficier d'une aide à leur mise en oeuvre.

    Aulne glutineux

    Populage des marais

     

     

Les actions: 

  • Classement des zones humides dans les documents d'urbanisme
  • Accompagnement de travaux sur des zones humides publiques et privées
  • Acquisition de zones humides
  • Suivi de la flore et de la faune
  • Sensibilisation à la préservation de ces espaces fragiles